RGPD

GDPR billede og polske frimærker

8 millions d’euros dépensés en affranchissement

8 millions d’euros dépensés en affranchissement 1200 628 HR-ON

Bisnode doit débourser huit millions d’euros en affranchissement pour cause de non-respect des règles de GDPR – ce qui est 36 fois plus que l’amende.

La société danoise Bisnode a été condamnée à une amende de 220,000 euros pour violation des règles du GDPR en Pologne.

Sauf le fait qu’elle est la première amende de ce genre en Pologne, elle n’est pas particulièrement surprenante. Ce qui est remarquable, c’est que la société est tenue d’informer les six millions de personnes affectées avec une lettre a l’ancienne dans la poste, selon TechCrunch.

Selon la société, cette demande, faite par l’autorité polonaise de protection des données, entrainera une dépense de huit millions d’euros pour seul l’affranchissement – sans parler des autres couts liés à l’envoi d’autant de lettre.

Le crime commis par Bisnode est d’avoir ramassé des données, de sources qui sont accessibles au public, sans informer les personnes a qui appartiennent ces données. Ceci est contraire à l’article 14 du règlement européen sur les données personnelles, GDPR. La société a trois mois pour informer les personnes affectées.

Selon TechCrunch, qui fait référence aux médias polonaise, Bisnode va porter cette amende devant les tribunaux, premièrement au système judiciaire polonais, et si nécessaire, jusqu’au Cour de justice de l’Union européenne. Bisnode contestera à quel point l’entreprise est responsable pour le fourni d’informations. L’Article 14 prévois des exceptions lies a la proportionnalité et a l’impossibilité. La question est de savoir si ces exceptions peuvent entrer en jeu ici.

« La décision est considérée comme très radicale, car elle interprète l’article 14 de manière très littérale », a déclaré Lucasz Olejnik, expert en sécurité informatique, a TechCrunch. Selon lui, l’autorité de protection des données polonaise a pris une décision de principe dans cette affaire :

« Ils soutiennent que le modèle commercial repose sur la collecte de données et que la société a pris une décision active. Ils affirment également que l’entreprise était consciente de l’obligation, puisqu’elle a contacté certaines des personnes impliquées par mail. »

Il n’est pas illégal de collecter des données à partir de sources accessibles au public, mais on a le devoir d’informer les personnes à qui appartiennent ces données, le but de l’utilisation, entre autres choses. Dans ce cas, Bisnode a ramassé des données sur les entrepreneurs et les propriétaires d’entreprise, mais n’avait des adresses mails que pour une très petite quantité.

La majorité – 5,7 millions de personnes – n’en a rien su

Bisnode a commenté sur le site web polonais qu’ils considèrent comme irrealiste de devoir contacter 5,7 millions de propriétaires d’entreprise ou d’autres employés par courrier ou par téléphone. Ils estiment qu’une communication digitale ou une production générale d’information, par exemple une annonce dans un journal, serait préférable à la fois pour l’expéditeur et le destinataire.

En plus d’informer environ 90 000 personnes qu’ils ont maintenant supprimé leurs données, Bisnode a publié un message sur son site Web. Ce dernier est clairement rejeté par l’Autorité polonaise de protection des données comme étant insuffisant, arguant que tout le monde ne le trouverait pas.

Sur les 90 000 informés, 12 000 ont choisi de dire non. TechCrunch a tenté d’obtenir un commentaire de Bisnode a ce sujet.

Pour HR-Skyen (maintenant appelé HR-ON), les affaires de GDPR sont toujours pertinentes. En ce qui concerne le recrutement, les entreprises ne peuvent pas contourner le GDPR, car les candidatures contiennent beaucoup d’informations personnelles qui sont régies par les règles.

En utilisant le système fourni par HR-ON, les entreprises peuvent s’assurer que les informations sont toujours traitées conformément aux règles de GDPR. Cela signifie, entre autres choses, que les entreprises seront toujours en mesure de documenter le traitement des données.

System

Malgré le récent cas concernant Facebook, les consommateurs ne sont toujours pas au courant de leurs droits

Malgré le récent cas concernant Facebook, les consommateurs ne sont toujours pas au courant de leurs droits 5472 3648 HR-ON

L’UE est sur le point de changer les droits des clients, et il est important que les consommateurs en soient conscients – surtout après les importantes fuites de données qui ont récemment fait la une des journaux, a déclaré HR-ON, qui a mené une enquête sur les relations des consommateurs avec le GDPR.

Une récent affaire importante, dans laquelle une société appelée Cambridge Analytica est parvenue à accéder à plus de 87 millions d’informations privées sur Facebook, montre qu’il est nécessaire de mettre plus d’accent sur la sécurité des données personnelles. Cependant, peu de consommateurs savent que l’Union Européenne est en train de changer de réglementation. Ceci est démontré dans une étude réalisée par ‘A&B Analysis’ pour le compte de HR-ON. Cevik Ali, directeur de HR-ON, dit que c’est contradictoire et il commente la situation actuelle. Le règlement général de l’UE sur la protection des données entrera en vigueur le 25 mai de cette année.

« Les règles sont destinées à frapper les grandes entreprises telles que Google et Facebook, pour qu’elles ne puissent pas simplement utiliser les données personnelles des utilisateurs d’une manière que les consommateurs ne voient pas. Par ailleurs, il est étonnant de constater que très peu d’entre elles ont entendu parler du GDPR », explique Ali Cevik.

L’enquête montre que même si sept sur dix personnes au Danemark se sont senties mal à l’aise lorsque la fourniture d’informations personnelles en ligne, seulement un tiers d’entre eux ont entendu parler du GDPR. Les nouvelles règles devraient préciser aux consommateurs quelles informations les entreprises disposent et la manière dont elles sont utilisées. Les règles aussi garantissent que les entreprises ne stockent que des informations véritablement pertinentes et que les consommateurs peuvent facilement retirer leur engagement de partager des données.

« Tout le monde devrait savoir qu’ils ont le droit de voir ce que les entreprises ont enregistré à leur sujet et qu’ils ont le droit de retirer leurs engagements », a déclaré Ali Cevik.

Les nouvelles règles, ainsi que les amendes associées au non-respect des règles, visent les entreprises et non les consommateurs. Si les entreprises enfreignent les nouvelles règles, elles risquent une amende allant jusqu’à 150 millions de DKK, par rapport à l’avant quand il y avait le risque d’une amende maximale de 25 000 DKK. Il est donc possible que les consommateurs qui connaissent les nouvelles règles en ont beaucoup entendu parler par leur travail plutôt que par des informations fournies publiquement.

« Le GDPR aura un impact majeur sur nos vies et il s’applique à l’ensemble de l’Europe. Notre enquête est la première du genre et révèle que les autorités n’ont fait pas suffisamment d’efforts pour informer les consommateurs sur le GDPR », a déclaré Ali Cevik.

HR-ON travaille avec le GDPR en ce qui concerne le recrutement aux entreprises, où les candidats viennent avec beaucoup d’informations personnelles qui doivent être traitées correctement. Dans le secteur de HR-ON, le manque de connaissances peut avoir pour conséquence que les personnes ne trouvent pas les bons postes ou que les entreprises ne recrutent pas les candidats les plus qualifiés. En général, l’insécurité et l’ignorance pourraient signifier que tout le monde numérique fonctionne moins bien.

ali Cevik

« Je n’ai pas le moindre doute qu’il y a u liens entre l’insécurité et le manque de connaissances sur la sécurité des données. Par conséquent, les consommateurs auraient dû être mieux informés des droits, surtout, des droits dont ils bénéficient avec le GDPR », conclut Ali Cevik.

Header Image

Les entreprises danoises sont-elles prêtes pour le GDPR? HR-ON est là pour aider

Les entreprises danoises sont-elles prêtes pour le GDPR? HR-ON est là pour aider 1200 627 HR-ON

HR-ON a mené une enquête professionnelle révélant que la plupart des entreprises ne maîtrisaient pas encore les nouvelles règles du GDPR, qui entreraient en vigueur le 25 mai.

Dans un mois, le grand règlement de l’UE sur la protection des données, le GDPR, entrera en vigueur et, à ce moment-là, toutes les entreprises, au Danemark et dans toute l’UE, devront se conformer à de nombreuses nouvelles règles. Non-respect à ces règles entraînera une amende, qui peut atteindre 150 millions de DKK. Néanmoins, une enquête menée auprès de chefs d’entreprise et de dirigeants danois montre que 35,6% des entreprises ne sont pas prêtes pour les nouvelles règles du GDPR. L’enquête a été réalisée par l’institut reconnu ‘A & B Analysis’, pour HR-ON.

L’outil de recrutement de HR-ON traite chaque année des milliers de demandes pour les clients. HR-ON travaille avec le GDPR depuis plus d’un an afin de garantir que les utilisateurs du système de recrutement se conforment aux nouvelles réglementations sur la protection des données.

« Les nouvelles règles vont changer fondamentalement la façon dont des entreprises travaillent. Par exemple, si des entreprises ne changent pas la façon dont l’information est envoyée par mail, elles se retrouveront en situation de travail illégal. Et ce sera déjà le cas dès le mois prochain. » Ali Cevik, director of HR-ON, says.

Selon l’enquête, les 64% restants des entreprises ont déclaré se sentir soit « assez bien préparés », soit « très bien préparés » à l’entrée en vigueur du GDPR.

Pas au courant des nouvelles règles

L’enquête montre aussi qu’environ un tier des entreprises ne sont tout simplement pas au courant de ces nouvelles règles. Pour être exact, 31,3% des entreprises n’ont pas entendu parler de GDPR.

« Ces jours-ci, avec le cas de Facebook, qui s’attire des ennuis concernant leur façon d’utiliser des données personnelles, toutes les entreprises devraient être bien informées des règles relatives aux données personnelles. Il est très surprenant que très peu d’entreprises connaissent les nouvelles règles », déclare Ali Cevik.

Seulement un cinquième des entreprises interrogées ont répondu qu’elles comprennent parfaitement le GDPR. En outre, 38% affirment avoir une assez bonne compréhension. Cela signifie que 58,2% des dirigeants et propriétaires danois estiment avoir une certaine compréhension. Cependant, les autres ont peu de compréhension, ou même pas de compréhension de tout, des nouvelles règles que leurs entreprises doivent suivre a partir du 25 mai.

Manque d’informations

Les propriétaires et dirigeants d’entreprises estiment que leur méconnaissance des nouvelles réglementations de l’UE est en partie due au manque d’informations publiques disponibles. Seulement environ un sur vingt dit qu’il a été « très bien informé » sur le GDPR, et un sur quatre déclare que les autorités ont assez bien informé les gens.

« Lorsque tant de personnes estiment que les autorités ne les ont pas suffisamment informées, cela signifie par définition qu’elles n’ont pas reçu suffisamment d’informations. Il est problématique qu’il n’existe pas des meilleures informations sur ces règles », explique Ali Cevik.

L’enquête montre que les propriétaires d’entreprise sont légèrement mieux informés de la nouvelle réglementation que les dirigeants d’entreprise. 73% des propriétaires ont entendu parler du GDPR, et seulement 66,2% des dirigeants. En outre, les grandes entreprises semblent mieux informées que les petites. 74,8% des entreprises avec plus de 60 employés connaissent bien le GDPR, tandis que seulement 63,5% des entreprises avec moins de cinq employés disposent de cette information.

On peut également constater que les propriétaires et dirigeants d’entreprises plus âgées semblent être mieux informés. Parmi les propriétaires et dirigeants d’entreprises de moins de 35 ans, seulement 56,3% connaissent les règles, alors que dans le groupe des 65 ans et plus, 80% connaissent bien le GDPR.

L’enquête a été menée en avril et portait sur 335 dirigeants et propriétaires d’entreprises sélectionnés au hasard (avec une répartition d’environ deux tiers de dirigeants et d’un tiers de propriétaires). La taille des entreprises va de très petit a assez grand (plus de 100 employés). Ce dernier chiffre représente 28,7% des entreprises analysées.

 

 

Si vous aimerez lire l’enquete en entier, merci de remplir ce formulaire puis le telecharger.

Non merci, j’aimerais avoir la demo toute suite, pour que je n’aie pas besoin de m’inquieter du GDPR et du recrutement!

OUI, J’AIMERAIS RECEVOIR LE TELECHARGEMENT DE L’ENQUETE GDPR

* obligatoire









Le foot surpasse-t-il le sexe?

Le foot surpasse-t-il le sexe? 1200 628 HR-ON

Dans les années qui viennent, le travail lié aux ressources humaines et au recrutement subira un changement important : l’apprentissage automatique et l’intelligence artificielle deviendront de plus en plus des outils essentiels pour l’employé des ressources humaines et pour le recruteur.

Cette évolution crée simultanément de grandes opportunités et des scénarios inquiétants, que à partir de maintenant on va devoir prendre en compte.

Dans cet article, je voudrais aborder certaines des perspectives que l’on peut / devrait adopter en ce qui concerne le recrutement basé sur les données et les ressources humaines. Je vais me concentrer spécifiquement sur le recrutement.

Lors de la collecte de grandes quantités de données, il est naturel d’utiliser ces données pour apprendre. La première étape consiste à créer des statistiques basées sur les données collectées. Les statistiques nous donnent de l’information seulement sur le passé et elles ne répondent qu’aux questions posées, ou même pas ça.

La prochaine étape est le travail sur l’apprentissage automatique, dans lequel on forme des algorithmes pour trouver des motifs dans les données, dont on n’était peut-être pas conscient. Cela pourrait être afin d’identifier différentes tendances ou de voir des liens qui ne vous viennent peut-être pas à l’esprit.

Cependant, le fait qu’il existe un lien, une corrélation entre différents types de données, ne signifie pas nécessairement qu’il existe également une causalité – c’est relation de causalité.

L’apprentissage automatique peut fournir une base pour effectuer des futures analyses et non seulement pour regarder le passé, comme les statistiques.

 

Des données

Lors du travail avec des données, il est important de garder à l’esprit que les donnes ne nous donnent pas forcement de l’information sur la réalité et qu’elles ne contiennent pas nécessairement de la vérité. Les données peuvent être contaminées de nombreuses manières, et notre façon de les assembler peut être incorrect et ceci pourrait avoir des conséquences catastrophiques.

Il est apparu récemment que les données utilisées dans les procédures judiciaires des sept dernières années pouvaient être erronées. Cela signifie qu’il peut y avoir des personnes coupables d’un crime qui dont libres, et pire, qu’il y a des innocents qui ont été condamnés par des tribunaux danois. Les autorités danoises sont au début d’une énorme tache d’examiner des milliers de cas. Et les personnes touchées doivent maintenant essayer de reconstituer leurs vies, qui ont été détruites par ce scandale.

J’ai récemment assisté à une conférence sur les ressources humaines. Un présentateur a raconté une histoire immersive d’un fan de foot qui avait regardé un match très excitant à la télévision, et qui, plus tard dans la soirée, était avec sa femme dans des conditions plus intimes.

Il portait une montre qui mesure le pouls et ceci a montré que son pouls avait été au plus haut pendant le match de foot, ce qui a été interprété à dire qu’il était plus engagé par le football que les relations intimes. Donc on pourrait dire que le football surpasse le sexe.

Cependant, il est possible que ce soit une erreur, car si la montre avait également mesuré le niveau de neurotransmetteurs dans le cerveau, la conclusion aurait pu être très différente. Et en plus, vous pourriez lui demander vous-même et peut-être obtenir une troisième réponse.

Il faut donc toujours critiquer ses données et leur utilisation.

 

L’utilisation pratique en recrutement

Lors du recrutement, le but est bien sûr de trouver le bon candidat. Dans ce processus, on collecte un maximum de données et de connaissances possible sur le candidat. Il n’y a rien de mal à cela.

Cependant, plus vous collectez de données sur un candidat, plus il impose des exigences au compétences professionnel, ainsi que éthiques, sociales et empathiques, du recruteur.

Il faut être capable de trier des données et de rejeter des données qui sont intéressantes mais qui ne sont pas nécessairement pertinentes dans le contexte spécifique. De plus, il faut être capable de porter un regard critique sur les données utilisées et de faire attention aux carences et aux sources d’erreur.

Le fait demeure que rien ne peut remplacer la rencontre personnelle. En fait, plus vous avez accès à des données, plus la réunion personnelle devient importante.

Et si lorsque la rencontre personnelle avec le candidat il existe un décalage entre ce qui a été vu dans ses données et ce que le candidat fait en vrai, il faudrait d’abord critiquer les données et la méthode.

On peut dire que la chose la plus importante est que le niveau de compétence du recruteur doit correspondre à la quantité de données. Plus il y a de données, plus le niveau de compatibilité requis est élevé. De plus, il est idéal d’avoir plus de données car cela conduira à un recrutement beaucoup plus qualitatif et à une probabilité plus élevée de concordance dans l’intérêt des employés et des entreprises.

Ce qui précède, bien sûr, prend son point de départ dans une perspective humaniste et le désir de ma part d’avoir plus d’attention sur le facteur humain, pendant une période axée sur les données.

A mon avis, alors que les machines assument de plus en plus de nos taches, ce qui devient encore plus important c’est l’un des domaines principaux du RGPD, ou on commence à utiliser le profilage automatique.

La seule question qui reste c’est : le foot surpasse-t-il vraiment le sexe?

 

Christian Hansen

CTO, HR-ON.

Header Image

2018 est devenu une année très pertinente pour HR-ON

2018 est devenu une année très pertinente pour HR-ON 1200 729 HR-ON

2018 a été une année très pertinente pour HR-ON, pour plusieurs raisons. Depuis sa formation en avril 2012, la société est en pleine croissance. En 2018, l’accélération de la croissance a été particulièrement notable. Le nombre de clients utilisant le système a doublé et le staff chez HR-On a augmenté de 12. Parallèlement, la société a atteint plusieurs étapes importantes.

Trois choses en particulier ont caractérisé le travail quotidien de l’entreprise. L’introduction de GDPR (ou RGPD en français, règlement général sur la protection des données), le début d’une collaboration révolutionnaire avec LinkedIn et le lancement du nouveau système de ressources humaines, le HR-ON Staff.

«2018 a été une année fantastique. Tout ce que nous faisons depuis le début a commencé à se mettre en place. Nous sommes une équipe d’employés très unique, et le succès est grâce à notre équipe », a déclaré Ali Cevik, directeur de HR-ON.

Le gain du prix Gazelle de ‘Børsen’ (le plus important magazine d’affaires au Danemark) reflète également ces nombreuses années de croissance continue.

2018 était l’année du GDPR

Le règlement général de l’UE sur la protection des données, le GDPR, a été mis en œuvre le 25 mai 2018 et a eu un impact considérable sur la manière dont les entreprises traitent les informations personnelles. HR-ON a dû s’adapter afin que les clients soient assurés qu’ils ne risqueraient pas d’enfreindre les règles.

« Une enquête que nous avons menée a montré que de nombreuses entreprises n’étaient pas prêtes pour les nouvelles règles de GDPR. Bien sûr, nous ne pouvons pas entrer dans les moindres recoins de votre entreprise, mais pour nous il est important que nos clients sachent qu’en matière de recrutement et de gestion du personnel, ils sont hors de danger », déclare Ali Cevik.

Le changement de règles de GDPR représente un défi pour de nombreuses entreprises, mais avec HR-ON, les entreprises peuvent être sûres de respecter les règles en ce qui concerne les candidatures. Les méthodes traditionnelles d’envoi de mails entre bureaux et d’impression de documents à droite et à gauche ne sont tout simplement plus légales.

Premier partenaire de LinkedIn au Danemark

De plus, en 2018 HR-ON a été la première entreprise danoise à établir un partenariat officiel avec LinkedIn.

Ce partenariat avec LinkedIn permet aux clients de HR-ON d’afficher leurs offres directement sur LinkedIn, où ils peuvent être présenter à plus de deux millions d’utilisateurs danois sur LinkedIn.

« Il y a une bonne raison pour laquelle LinkedIn a choisi de collaborer avec nous et nous sommes fiers de ce partenariat. Cependant, le plus important est bien sûr les avantages qu’il apporte à nos clients », déclare Ali Cevik.

Gère le personnel depuis le cloud

Depuis le début, HR-ON est un système de recrutement, mais il est clair depuis longtemps que la prochaine étape de développement naturel est l’expansion à un système de ressources humaines plus vaste et plus complet.

« Plusieurs clients étaient dans le besoin d’un système de ressources humaines aussi simple à utiliser que le nôtre, et ils se sont rendus disponibles pour le développer avec nous. Nous avons donc, ensemble, créé HR-ON Staff, qui gère l’administration du personnel dès le premier jour de travail d’un nouvel employé, jusqu’au jour que cet employé quitte l’entreprise », explique Ali Cevik.

HR-ON Staff fournit une vue d’ensemble complète sur des éléments tels que le Master Data, l’intégration / la désactivation, la formation, les conversations informatiques et tout ce qui relève de l’administration du personnel. Et, en plus de cela, il est également sécurisé par le GDPR.

« Nous attendons maintenant avec impatience de nouveaux défis en 2019. Les principaux projets pour l’année prochaine sont les suivants : la mise sur le marché de notre nouveau produit ‘HR-ON Staff’ et le partage des avantages de notre partenariat LinkedIn avec encore plus de clients. Et bien sûr, nous prévoyons d’aider encore plus de nouveaux clients à maîtriser GDPR en ce qui concerne leur recrutement », conclut Ali Cevik.

GDPR

Google reçoit une amende de 50 millions d’euros concernant le GDPR français

Google reçoit une amende de 50 millions d’euros concernant le GDPR français 1200 800 HR-ON

La Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) a infligé à Google une amende de 50 millions d’euros du a une violation du règlement général sur la protection des données (RPGD).

L’amende est née à la suite de plaintes des groupes « None of your business » (NOYB) et « La quadrature du net », ce dernier soutenu par 10 000 français. Les groupes ont déposé plainte contre Google pour ne pas avoir consenti à l’utilisation des données personnelles des utilisateurs, notamment dans le cadre de la diffusion d’annonces ciblées.

Les plaintes ont été faites le 25 et le 28 mai, en même temps que l’entrée en vigueur des nouvelles règles de RGPD. Les motifs de l’amende étaient deux infractions de GDPR : premièrement, pour le manque de transparence et d’information pour les utilisateurs et, deuxièmement, pour le manque d’accès permettant aux utilisateurs de voir comment Google utilisent leurs données dans le cadre de publicité.

De plus, la CNIL a décidé que Google ne disposait pas de la base légale pour faire de la publicité ciblée, basée sur les utilisateurs, ce qui est la pierre angulaire de l’ensemble des activités de Google.

Selon la CNIL, la grande amende et sa publication sont toutes les deux justifiées par la gravité des violations au regard de trois des principes de base de RGPD: transparence, information et consentement. La CNIL souligne également qu’il y a des violations graves et continues, et non des incidents individuels.

Google a depuis réagi à l’amende de 50 millions d’euros en contestant la sanction. Google soutient que le processus est « aussi transparent et simple que possible ».

Seul l’avenir nous le dira comment Google, et très probablement d’autres grosses entreprises, répondra aux allégations d’atteinte à la sécurité des données.

Fill out the information and we will contact you as soon as possible.

FÅ EN GRATIS DEMO

Lad os ringe dig op og aftale en uforpligtende demonstration.

HR-ON Logo
OM HR-ON

HR-ON er en cloudbaseret programpakke, der gør jeres HR-arbejde lettere, sjovere og ikke mindst meget mere effektivt. Kort fortalt får I styr på hvem, der skal gøre hvad og hvornår. Samtidig har I overblik over, at det rent faktisk også bliver gjort.

Børsens Gazelle pris 2018
Charter mangfoldighed
ISA

Østre Stationsvej 27, 3   //  DK-5000 Odense C   //  +45 71 99 07 27   // sales@hr-on.com //  CVR: 34474540